Revue de presse du 18 au 27 décembre 2017

Les députés En Marche, cancres de l’Assemblée nationale

Les Marcheurs se révèlent beaucoup moins travailleurs que les autres députés. Bonnet d’âne pour Claire O’Petit qui a visiblement préféré son rôle de “Grande gueule” sur RMC à son job de parlementaire. Pour avoir des députés travailleurs, pensez aux candidats UPR aux prochaines élections.

Source : Capital (21 décembre)

 

“La Bretagne sera indépendante, c’est le sens de l’Histoire”

Le rédacteur en chef de Paris Match s’inscrit dans la droite ligne du régionalisme en vogue dans les médias et le discours politique. Il se réjouit d’avance de la destruction de la France au profit des régions, qui sont “aidées par l’Europe” dans ce projet. Seule l’UPR alerte sur le risque de démantèlement de la France.

Source : Le Point (22 décembre)

 

Florian Philippot mal accueilli par ses nouveaux voisins

L’intense promotion médiatique dont bénéficie M. Philippot depuis son départ du FN sert à associer le FREXIT à une idée d’extrême droite.

Source : Paris Dépêches (19 décembre)

 

Deux députés LREM publient l’exact même message pour saluer l’interview d’Emmanuel Macron sur France 2
Alors que de nombreux journalistes et politiques ont fait part de leur sidération après l’entretien, 2 députés godillots LREM ont tweeté le même message élogieux probablement fourni par les services de communication de l’Elysée.

Source : Marianne (18 décembre)

 

Le passeport du Royaume Uni retrouve sa couleur

Tout un symbole : le passeport Britannique va retrouver sa couleur bleu foncé qu’il avait perdu depuis 1988.

Source : Romandie (22 décembre)

 

APPLE : La CJUE rejette la demande US sur le dossier fiscal Apple-Dublin

Apple a été condamné à verser 13 milliards d’euro à l’Irlande. Les États-Unis ont critiqué la décision de l’UE, affirmant que cette dernière se servait elle-même d’une somme qui aurait dû revenir aux Etats-Unis.

Source : Les Echos (15 décembre)

 

L’ouverture de nouvelles archives prouvent que l’élargissement de l’OTAN à l’est s’est fait en violation de promesses faites aux Russes

Le débat historique est tranché : les promesses de ne pas élargir l’OTAN à l’est une fois l’Allemagne réunifiée ont bien été formulées et répétées à de nombreuses reprises, bien que non écrites de manière formelle dans un traité. Rien d’étonnant à ce que Vladimir Poutine considère que l’élargissement de l’OTAN fut une trahison. Pour rappel, un article de l’UPR faisait le point sur la question.

Source : IRIS (21 décembre)

 

*Première livraison de gaz naturel liquéfié russe au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni va recevoir du gaz directement importé de Russie pour la première fois cette semaine. Et ce malgré les sanctions américaines visant l’usine d’extraction dont ce gaz est issu, en Arctique. Rappelons que Total est également impliqué dans ce projet au niveau de l’extraction.

Source : Euractiv (18 décembre)

 

*Bourse: le ton monte entre Bruxelles et Berne

Les 27 Etats membres de l’UE – le Royaume-Uni s’est abstenu – ont accepté la proposition de la Commission européenne, qui est de reconnaître l’équivalence de la bourse suisse avec les plateformes européennes pour une durée d’une année seulement. Avec cette décision, les banques et investisseurs européens ne pourront acheter ou vendre des titres cotés en Suisse que jusqu’au 31 décembre 2018 (l’extension de la durée étant soumise à une nouvelle décision).

Source : Le Temps (21 décembre)

 

Un sondage crédite l’UPR de 1,5 % des intentions de vote

Selon un sondage pour les élections européennes, la liste de l’UPR serait crédité de 1,5% des suffrages, alors même que son temps de parole dans les médias nationaux est proche de zéro… A noter que l’UPR est présentée en noir et en bas de la liste. La couleur traditionnelle de l’UPR est ainsi occultée, ainsi que le fait qu’étant hors-clivages politiques, l’UPR devrait être présentée au centre de l’échiquier politique.

Source : Le Figaro (18 décembre)

Brexit : le parti libéral à l’amende

Le parti libéral anti-Brexit vient d’être sanctionné d’une amende de 20 000 euros pour n’avoir pas respecté les règles lors de la campagne sur le référendum du Brexit. Peut-on supposer que les britanniques seraient déjà appelés à revoter, si les règles n’avaient pas été respectées par les partis pro-Brexit ?

Source : EU-Observer (20 décembre)

Laisser un commentaire