Complément de revue de presse du 23 avril au 29 avril

La commande des 100 TGV du futur suspendue à une annonce sur les péages ferroviaires

SNCF Mobilité, l’entité chargée de faire rouler les trains, doit acheter les TGV. Mais la rentabilité du futur investissement sera notamment déterminée par le niveau de péages fixé par SNCF Réseau. Et le contrat de performance SNCF Réseau-Etat prévoit une poursuite des hausses de péages : sur la période 2017-2026, la progression annuelle moyenne est de 2,8 %, avec une accélération en fin de cycle à 3,6 %. A ce niveau-là, hors de question d’acheter de nouvelles rames. SNCF Réseau doit alors remettre à plat ses tarifs. Les discussions avec l’Etat ont déjà commencé, sur une hausse des gains de productivité, des investissements, ainsi que la question de la dette. Mais ces sujets ont été dissociés de l’annonce sur les péages, ce qui rend possible une commande de TGV en juin, comme l’évoquait Bruno Le Maire.

Source : Les Echos (19 avril)

 

Quand la PAC finance la pollution

C’est essentiellement sur la base du nombre d’hectares de terres cultivables que sont calculées les subventions qui sont versées aux exploitations. Cela incite donc à agrandir la taille de sa ferme en cultivant davantage d’hectares, d’une part. D’autre part, cela pousse à intensifier les productions qui se font sur des petites surfaces comme les cochons et les poulets.

Source : Greenpeace (24 avril)

GreenPeace découvre le modèle ultra-productiviste imposé par l’UE que l’UPR dénonce depuis plus de 10 ans. Au contraire, l’UPR prévoit de renouer avec la qualité et les terroirs, et de donner une nouvelle jeunesse pour l’agriculture familiale.

 

Des syndicats européens affaiblis

Le taux de syndicalisation en France, Pays-Bas, Irlande, Grande-Bretagne ou Suisse, a chuté de plus d’un tiers, selon l’OCDE. En Europe, le taux de syndicalisation est très variable et difficilement comparable tant les systèmes diffèrent. De près de 10 % en France ou en Pologne, il frôle les 20 % en Allemagne et en Espagne et culmine à près de 70 % en Suède et Finlande. En 2015, deux chercheurs du Fonds monétaire international (FMI) ont publié une étude montrant que le déclin des syndicats dans les pays riches a aggravé les inégalités sociales. Un déclin qui a réduit “la capacité de négociation” des salariés au bénéfice des actionnaires et des plus gros revenus.

Source : Euractiv (27 Avril)

Bien sûr, on ne s’interroge pas plus ici qu’à la CGT sur le lien entre d’une part le déclin du syndicalisme de transformation sociale (et même simplement de défense des conquêtes sociales), et d’autre part la soumission à la construction européenne. Pour les syndicats aussi, il n’y a pas d’alternative à l’Europe. Les syndicats, faisant partie de confédération européenne des syndicats, ne vont pas mordre la main qui les nourrit : ils sont chargés de canaliser la colère sociale amenée par les politiques ultra-libérales inscrites dans le marbre des traités européens. Quelle trahison des travailleurs !

 

Bande de Gaza : un deuxième journaliste palestinien est mort

Le journaliste Ahmed Abou Hussein, 25 ans, atteint par des tirs de soldats israéliens, a succombé à ses blessures. Ce décès porte à 41 le nombre de Palestiniens tués par des tirs israéliens dans la bande de Gaza depuis que des dizaines de milliers de Palestiniens se rassemblent près de la frontière pour revendiquer leur droit de retourner sur les terres qu’ils ont quitté à la création d’Israël en 1948. L’armée israélienne est en butte aux accusations d’usage excessif de la force et à des demandes d’enquête indépendante.

Source : Le Parisien (25 avril)

 

«Sale guerre en Syrie»: l’ex-leader des Pink Floyd dénonce les Casques blancs

Lors de son concert à Barcelone, Roger Waters, co-fondateur et ancien leader du groupe Pink Floyd, a dénoncé les mensonges et l’hypocrisie des Casques blancs, «structure propagandiste» qui «coopère étroitement avec les djihadistes en Syrie». Les Casques blancs ont été les premiers à rapporter l’attaque chimique présumée à Douma le 7 avril. Les images diffusées sur les réseaux sociaux ont été la justification des frappes des États-Unis et de leurs alliés.

Source : Sputnik (24 avril)

 

La Russie ne croit pas en un désengagement des Etats-Unis de Syrie

En visite officielle en Chine, le ministre russe des Affaires étrangères a déploré la «posture coloniale» de la France en Syrie du fait des déclarations du président Macron sur le maintien de forces militaires en Syrie même après la disparition des terroristes. Malgré l’annonce de Donald Trump sur le retrait des américains de Syrie, le ministre russe ne pense pas que les américains souhaitent s’en aller.

Source : RT (24 avril)

L’excès de zèle du président Macron rappelle la posture guerrière du président Hollande. La France pourrait sauver le peu d’honneur qui lui reste en se retirant du conflit syrien, dans lequel elle est engagée de manière illégale, et de plus seulement pour servir des intérêts géopolitiques américains.

Laisser un commentaire